Ville de Domont
0%
Retour vers Actualites

Une rénovation en profondeur de tous les plafonds

Publié le 16 septembre 2019

L’année scolaire s’est terminée dans des conditions compliquées pour les élèves du groupe scolaire Jean Moulin. Le 24 juin dernier, la chute de plaques de plâtre dans le préau de l’école élémentaire avait conduit à la fermeture préventive de l’ensemble des locaux. Une mobilisation immédiate des services techniques a permis de diagnostiquer l’origine du sinistre et d’entreprendre des travaux de remise en état dans un délai record, pour un retour à la normale dès cette rentrée. Quelles sont les origines de ce sinistre ? Comment la Ville et ses services ont-ils géré la crise ? Réponse à vos interrogations.

Les faits sont survenus dans la matinée du lundi 24 juin. Quelques mètres carrés de plaques de plafond en plâtre tombent au sol. Par chance, l’incident ne fera aucun blessé. Dans les heures qui suivront l’incident, une cellule de crise sera mise en place par la Ville, mobilisant les enseignants du groupe scolaire, les services scolaires et techniques de la Ville et très vite, les experts d’un bureau d’études apportant les premiers éclairages sur l’origine du sinistre et les préconisations de remise en état.

Pourquoi une partie des enduits du plafond est-elle tombée au sol ?
Le groupe scolaire Jean Moulin est un bâtiment qui a été construit dans les années 60 avec les méthodes de construction de l’époque. Du solide, puisque les rénovations successives et les travaux d’extension réalisés au fil des ans ont toujours confirmé la solidité des structures en béton.
En revanche, les faux plafonds étaient à l’époque réalisés au moyen de briquettes fixées entre les poutres porteuses, puis recouvertes d’un enduit en plâtre. Une technique qui révélera très vite ses faiblesses dans de très nombreux bâtiments, à tel point que ce type de faux plafond sera interdit dans les années 90.
« Ce qui est surprenant, c’est que lorsque l’école a été rénovée et agrandie, il y a une quinzaine d'année, on s’est contenté de refaire l’enduit sans mettre ces plafonds aux normes, c’est-à- dire en posant des faux plafonds suspendus. Ça a tenu bon pendant toutes ces années, jusqu’à l’incident du mois de juin », explique-t-on aux services techniques.

La détérioration de ce plafond était-elle prévisible ?
Il n’y a pas eu de signes avant-coureurs tels que des fissures, qui auraient pu alerter sur l’imminence ou le risque de chutes de l’en- duit ou des briques. Pourquoi cette partie de plafond a-t-elle lâché ? Les experts n’ont pas trouvé d’autre explication qu’un phénomène d’usure et de fragilisation des enduits. Par ailleurs, il semble ne pas y avoir de lien entre cet incident et la canicule du mois de juin qui avait justement débuté ce lundi 24 juin.

Cet incident aurait-il pu faire des blessés ?
Pas question de relativiser le caractère sérieux de l’événement qui, par un heureux hasard, n'aura aucune incidence. Ce qui est factuel, c’est que seuls des éléments légers d’enduit en plâtre sont tombés au sol. Les briquettes, dont le poids aurait pu entraîner des blessures plus sérieuses, sont restées accrochées au plafond. Rappelons- le : la structure des bâtiments, c’est-à-dire les éléments lourds en béton, n’est en rien concernée par l’incident. On ne peut donc pas parler d’effondrement.

Quelles ont été les mesures engagées ?
Pour la municipalité, pas question de laisser ces anciens faux plafonds en l'état. Un diagnostic complet de l’ensemble des bâtiments du groupe scolaire a été réalisé dans les jours qui ont suivi l’incident. Tous les faux plafonds d’ancienne génération ont donc été démolis pendant l’été. Ils ont tous été remplacés par des faux plafonds modernes utilisant des dalles légères suspendues, permettant au passage de vérifier les câblages électriques et de moderniser l’éclairage des salles au moyen d’économiques lampes à LED. À noter également la pose de matériaux isolants, phoniques et thermiques.
Ces travaux ont été réalisés dans un temps record pendant l’été, grâce à une mobilisation totale des services techniques, du service enfance et des services administratifs de la Ville pour permettre la réouverture de l’école en totale sécurité et en état de fonctionnement pour la rentrée. Le défi a été relevé avec succès.

Questions à Françoise Muller, Maire-Adjoint déléguée à l'Enfance

« Cet incident a grandement perturbé la fin d’année scolaire des enfants et des enseignants. Mais je me dois de remercier l’ensemble des services de la Ville qui ont fait preuve d’un remarquable professionnalisme pour traiter le problème en un temps record, avec l’appui d’entreprises spécialisées sérieuses et réactives. Il ne s’est écoulé qu'une semaine entre l’incident et le démarrage des travaux de remise en état pour que l’école soit opérationnelle à la rentrée, on pouvait difficilement faire mieux. »

 

Chronologie des événements

LUNDI 24 JUIN

  • Chute du faux plafond à l’heure de la pause méridienne.
  • Mise en place immédiate d’une cellule de crise.
  • Des étais de sécurisation sont posés et l’intervention d’experts engagée.
  • Des solutions de repli sont mises en œuvre dès la fin de journée pour assurer l’accueil des enfants, notamment la réquisition du gymnase des Grands Jardins et de la Salle des Fêtes.

MARDI 25 JUIN

  • Fermeture de l’école élémentaire sur décision conjointe de la Ville et de l’Inspection de l’Éducation nationale.

MERCREDI 26 JUIN

  • Affichage d’un communiqué confirmant la fermeture du groupe scolaire les journées des 27 et 28 juin.
  • Définition et délimitation des zones à risque.
  • Mise en place d’une organisation conjointe entre les accueils périscolaires et le service de restauration scolaire : un transfert des enfants en bus à la cantine du Trou normand est mis en place.

JEUDI 27 JUIN

  • Les enfants de l’école élémentaire sont accueillis au centre de loisirs maternel.

VENDREDI 28 JUIN

  • Sondage de l’ensemble des faux plafonds par une entreprise spécialisée. Cette vérification conclut à l’absence totale de danger dans les locaux de l’école maternelle.

LUNDI 1ER ET MARDI 2 JUILLET

  • Fonctionnement normal de l’école maternelle.
  • Les enfants de primaire sont accueil- lis à la Salle des Fêtes
  • Toutes les classes de l’école élémentaire sont vidées de leur mobilier et de leurs équipements informatiques et tableaux numériques.
  • L’organisation mise en place pour l’accueil des élèves est opérationnelle.

VENDREDI 5 JUILLET

  • Une séance de cinéma est offerte par le cinéma de Domont à tous les élèves d’élémentaires présents à l’école

Travaux Jmoulin 2019 apres

Travaux JMoulin Juin 2019