Ville de Domont
0%
Retour vers Actualites

Ils côtoient les écoliers de primaire et d'élémentaire tout au long de l'année. Domont compte 40 animateurs encadrés par 6 directeurs, avec une mission : s'assurer du bien-être et de l’épanouissement de nos enfants.

Publié le 14 octobre 2019

Le métier d'animateur, kesako ?

Les animateurs sont présents au quotidien au plus près des jeunes domontois. Leur objectif : participer à la construction des enfants en tant que futurs citoyens dans un cadre ludique et convivial. On les retrouve entre autres dans les écoles de la commune, où ils accueillent les élèves avant et après la classe. Plus que des encadrants, ils sont un relai du système scolaire, en co-éducation ou éducation partagée avec les écoles. Dans cette optique ils interviennent par exemple dans la prise en charge des enfants lors des études du soir.
Autre aspect plus connu de leur métier, les animateurs organisent des activités les mercredis et lors des vacances scolaires dans les accueils de loisirs et au Service Municipal Jeunesse. Très présent auprès des jeunes dans l'ensemble de ses missions, l'animateur joue à la fois un rôle d'encadrant, d'éducateur et parfois de confident, toujours dans la recherche du bien-être des enfants et dans un esprit de bienveillance.

Un métier très encadré

Il faut savoir que le métier d'animateur est extrêmement encadré. Par exemple, lors des vacances, les équipes doivent élaborer un projet d'activités avec des objectifs et des résultats évalués.
À l'heure des nouvelles technologies, l'attente des parents et des enfants n'a cessé de croître et les accueils de loisirs s'adaptent donc en permanence pour proposer des activités stimulantes.

 Un métier ouvert à tous... sous condition

S'il est possible de commencer sans diplôme, la grande majorité des professionnels dispose au moins d'un Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur (BAFA) ou d'un diplôme équivalent. Chaque ville a toutefois un quota autorisé de non diplômés. Domont compte ainsi 50 % d'animateurs diplômés, 30 % de stagiaires qui ont commencé une formation et seulement 20 % de non diplômés.
Parmi ces derniers, certains sont séduits par le métier d'animateur et décident de passer un BAFA par la suite. Dans tous les cas, les professionnels exerçant à Domont sont avant tout guidés par la passion.

 Un travail d'équipe essentiel

Chaque directeur de centre de loisirs doit pouvoir compter sur une équipe complémentaire en faisant en sorte d'intégrer des profils différents : sportifs, spécialistes des activités manuelles, de la danse...
Une condition sine qua non afin de permettre de varier les activités proposées.
Si la Ville tient compte de ce paramètre dans le recrutement de ses animateurs diplômés, elle mise également beaucoup sur la synergie entre animateurs de métier et étudiants exerçant ce métier en parallèle de leur cursus.
Ces derniers apportent souvent des compétences inédites enrichissantes à la fois pour les jeunes et pour les équipes.

 

Paroles d'animateurs

Ils n'ont pas le même âge mais partagent la même passion. Rencontre avec Sylvain, Stéphanie et Anaïs, trois professionnels de la commune, qui nous parlent de leur parcours et des qualités d'un bon animateur.

Sylvain Cocard
61 ans – Directeur de l'accueil de loisirs primaire du Trou Normand
Avant de devenir animateur, j'ai été éducateur sportif. Je suis arrivé à Domont en 1993 suite à une reconversion, comme stagiaire au sein de l'association ALO Jeunes. Je me suis occupé de plusieurs catégories d'âge. Au départ de l'un des directeurs, j'ai pris la tête d'un accueil de loisirs. Les métiers de l'animation sont une vocation. La notion d'échange est essentielle. Quand j'ai commencé l'animation, j'avais cette image de colonies de vacances. J'ai été surpris de découvrir le volet administratif, avec la gestion des plannings ou la comptabilité. La qualité importante dans le métier d'animateur est l'altruisme, avoir envie d'apporter quelque chose, de transmettre.

Stéphanie Correia
31 ans – Animatrice au centre de loisirs maternel Jean Piaget
Je suis animatrice à Domont depuis 2011, après avoir débuté en 2010 à Montmorency. J’étais censée passer mon Brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport pour devenir animateur dans les quartiers socio-éducatifs et il me fallait de l’expérience. J'ai commencé dans l’animation, et je ne l'ai jamais quittée ! C'est un beau métier. Pour moi, un bon animateur doit être responsable, savoir s'amuser, être à l'écoute, être patient et avoir de l'empathie pour pouvoir comprendre l'enfant.

Anaïs Beljean
25 ans – Animatrice au centre de loisirs primaire du Trou Normand
Je suis arrivée en animation en 2015, alors j'étais étudiante en pédicure/podologie. À l'époque j'étais en temps partagé. J'ai continué l'animation après l’obtention de mon diplôme. Ma particularité, c'est d'avoir appris sur le tas. C'est un métier très enrichissant du point de vue humain, que ce soit avec les enfants ou l'équipe. Parfois, on ne sait pas faire et il faut apprendre car nous avons une dizaine d'enfants à occuper devant nous.
On sort de notre zone de confort ; on engage notre responsabilité avec les jeunes. Pour réussir dans l'animation, il faut être adaptable, souriant en laissant ses problèmes derrière soi, être dynamique, à l’écoute des enfants et de ses collègues et savoir tendre la main.

Vous souhaitez devenir animateur ? La Ville recrute.
Retrouvez l'offre d'emploi sur le site internet de la ville :
www.ville-domont.fr/Entreprendre-travailler/Emploi