Ville de Domont
0%
Retour vers Actualites
  • Accueil
  • Actualités
  • Sapeur-pompier volontaire : un engagement citoyen au service des autres

Plus qu'un simple engagement bénévole, devenir sapeurs-pompiers volontaires (SPV) est une véritable démarche citoyenne en faveur des autres. Le centre de secours de Domont recherche en permanence de nouvelles recrues motivées pour répondre à ses missions de service public.

Publié le 12 mars 2020

Pompiers Laurent Mathieu Mars 2020

Impossible de les distinguer, même avec le regard le plus affûté du monde, et pourtant ils sont nombreux chaque jour sur le terrain. À Domont, les sapeurs-pompiers volontaires constituent près de la moitié des effectifs quotidiens du centre de secours. Affectés aux diverses missions de secours et d'assistance, aux côtés des sapeurs-pompiers professionnels, ils partagent le même uniforme, mais également la même formation et la même exigence que leurs collègues. Tous exercent cependant sur leur temps libre, en parallèle de leur métier. « Il s'agit d'un véritable engagement citoyen au service des autres », explique le Lieutenant Mathieu, chef du centre de secours de Domont. Pas question, donc, de se lancer à la légère. Les sapeurs-pompiers volontaires doivent répondre à des contraintes de formation et de disponibilité avec des compétences à entretenir et des engagements à respecter.

Répondre à un réel besoin

Il faut dire qu'avec une activité opérationnelle toujours très élevée dans les casernes d'Île-de-France, l'engagement des sapeurs-pompiers volontaires est indispensable afin de pouvoir répondre aux nombreuses sollicitations. Chaque année, le centre de secours de Domont intervient ainsi environ 3 000 fois sur l'ensemble des 9 communes sous sa responsabilité  Attainville, Baillet-en-France, Bouffémont, Domont, ézanville, Moisselles, Montsoult, Piscop et Villaines-sous-Bois. Un nombre important de sorties qui justifie un recrutement permanent de volontaires. D'autant que l'engagement de ces derniers est étroitement lié à l'évolution de leur vie professionnelle ou privée. « Il existe un turnover naturel lié au cycle de vie de chacun », précise le Lieutenant Mathieu. Il est donc vital de réussir à équilibrer ses effectifs pour garantir un niveau de service constant. À l'heure actuelle, le centre de secours de Domont compte 37 sapeurs-pompiers volontaires, qui évoluent au quotidien aux côtés de 17 professionnels, le tout sous le commandement de deux officiers. Pour autant, il restera toujours de la place pour des recrues motivées souhaitant donner un peu de leur temps.

Une activité accessible à tous et toutes

Pour exercer une activité de sapeur-pompier volontaire, pas besoin d'être un(e) athlète de haut niveau. Il est simplement nécessaire d'être majeur et de pouvoir satisfaire une certaine exigence physique et morale, indispensable à l'exercice des missions futures. Une activité qui est donc autant accessible aux hommes qu'aux femmes, alors que ces dernières hésitent encore trop souvent à franchir le pas. À tort, puisque leurs compétences sont aussi recherchées et appréciées que celles de leurs homologues masculins. Domont compte d’ailleurs actuellement 5 femmes parmi ses SPV. Autre critère indispensable, il faut être motivé pour apprendre les bases du métier et continuer de se former au fil des mois et des années. Une tâche qui incombe à chaque sapeur-pompier pour toujours être performant sur le terrain. Des sapeurs-pompiers « mono-mission » sont désormais intégrés dans les casernes. Ces derniers assureront les missions de secours sanitaires uniquement, par souhait mais aussi par contrainte, pour les personnels ayant des restrictions médicales ou physiques. Sous réserve d’aptitudes, l’engagement « mono-mission » pourra évoluer, à tout moment, vers un engagement « toute-mission ». L’agent assurera alors l’ensemble des missions dévolues aux services de secours : incendie, secours d’urgence et opérations diverses.

Je veux devenir sapeur-pompier volontaire, comment faire ?

Le centre de secours de Domont étudie toutes les candidatures. Si vous avez au moins 18 ans et que l'activité de sapeur-pompier vous intéresse, n'hésitez donc pas à prendre contact avec le commandement. Un premier entretien permettra au candidat d’exposer ses motivations et d’être sensibilisé aux droits et devoirs des sapeurs-pompiers volontaires. À l’issue, en cas d’entretien concluant, le candidat sera convoqué à des épreuves physiques et de robustesse inhérentes à l’activité de sapeur-pompier. C'est ensuite le comité de centre, composé de sapeurs-pompiers de la caserne de Domont, qui se charge d'émettre un avis sur les recrutements, avant que le chef de centre ne prenne la décision finale. Les nouvelles recrues sont ensuite appelées à passer une visite médicale ciblée sur le métier de sapeur-pompier avant d’être recrutées et de pouvoir participer aux formations. Un parcours sera calibré pour chaque nouvelle recrue, accompagnée par un tuteur, afin qu’elle appréhende au mieux sa formation et les codes des sapeurs-pompiers. Une étape obligatoire avant de pouvoir prétendre partir sur le terrain.

Centre de secours de Domont : 50, rue André Nouet - Tél : 01 30 11 90 70

En chiffres

17 sapeurs-pompiers professionnels

37 sapeurs-pompiers volontaires

9 communes d'intervention

3000 interventions annuelles sur 96000 au niveau départemental

Interview Caporal Lucie Sinnadurai, Sapeur-pompier volontaire et chef d'équipe

Pompier lucie Sinnadural Mars 2020

Quel est votre parcours ?

J'ai été Jeune Sapeur-Pompier à Villiers-le-Bel pendant 4 ans, avant d'y devenir volontaire pendant deux ans. Après une pause d'environ 4 ans, le temps que mes deux enfants soient scolarisés, j'ai repris une activité de volontaire à Domont il y a un peu plus de 2 ans. En parallèle, je suis infirmière vacataire, ce qui me permet de gérer à la fois ma vie de famille, ma vie professionnelle et mes gardes au centre de secours.

Pourquoi avez-vous souhaité vous engager comme sapeur-pompier volontaire ?

À l'origine, le métier de sapeur-pompier m'attirait. Au fil du temps, c'est devenu une passion. Que ce soit dans le cadre de mon métier d'infirmière ou dans mon engagement comme sapeur-pompier volontaire, j'ai toujours eu l'envie d'aider. Il faut être passionné, car il s'agit d'un métier qui demande du temps, que ce soit pour se former au début ou pour entretenir ses connaissances et continuer de progresser. Des vies sont en jeu.

Beaucoup de femmes hésitent à s'engager comme volontaire, quel message souhaiteriez-vous leur passer ?

De ne pas hésiter ! Il n'y a rien d'impossible. Chaque nouvelle recrue a un parrain, donc tout se passe bien lors de l'intégration. Il faut s'entraîner car c'est un métier physique qui demande un minimum de force et d'endurance. Mais c'est exactement la même chose pour les hommes. Il est donc important de ne pas se bloquer et d'aller de l'avant pour se lancer dans ce que l'on aime.